Syndrome Pré Menstruel

Cette étude vise à s’interroger sur le syndrome prémenstruel (SPM) comme exemple de mécanisme utilisé dans notre société actuelle pour transformer le sexe féminin en genre.

C’est à dire, s’appuyer sur les spécificités physiologiques de la femme pour en faire une production sociale convenue. Dans un premier temps, nous ferons l’hypothèse selon laquelle le genre est une construction artificielle et non essentielle. Pour cela, une attention particulière sera accordée à la représentation du corps féminin imposée par les philosophes et les médecins dans l’histoire, jusqu’à nos jours, où le SPM, dans une forme sévère, a intégré les classifications américaines et internationales comme trouble mental. Il y a donc un intérêt particulier à porter attention à la nosologie1 psychiatrique actuelle qui induit des traitements médicamenteux et qui s’appuie sur des mesures d’observation contaminées par ces mêmes catégories. Dans un deuxième temps, la différence de psyché liée au genre sera envisagée comme une construction qui serait le reflet de la domination masculine. Ce point sera éclairé par des regards sociologiques, philosophiques et médicaux.

Pour lire la suite, veuillez télécharger le document ci-dessous :

Syndrome Pré Menstruel A.Lopez-Rodriguez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *